Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Uncategorized’ Category

Condamnée en sursis….

Mon coeur cessa de palpiter… Ma gorge devint embrasée, iritée… Ma bouche était restée grande ouverte, comme un abîme… Je manquai d’air…

Assise devant l’âtre de ma cheminée, m’amusant à ouïr le bois pétard et à admirer le feu dansant sur le tempo que lui jouait le hêtre grésillé, ses instants me revinrent, comme jalouses de mon bonheur, pour faire évanouir tout sentiment de gaité, qui, pendant un instant, avait illuminé mes yeux d’une rare et éphèmere étincelle.

Une phrase… non imprimée dans ma mémoire mais tatouée, est à l’origine de la vie que je mène en paria, une fois prononcée.

De sa voix sépulcrale et posée, m’avait-elle été dite, alors qu’une pâleur cireuse s’était répondue sur ses traits, ne restant plus trace de sa gaité consulvise.

Le test était positive…. Le premier. Le deuxième. En phase grave.

Depuis, et il y a maintenant un mois delà, ma vie s’est envenimée… comme un minuscule insecte ravageur qui envahisse calamiteusement tout un champs et cause la ruine et la faillite de l’agriculteur, ou alors comme une vaguelette qui vient détruire le château de sable que le môme a pris le soin de construire, ou encore comme un séisme qui résulte l’effondrement d’une majestueuse architecture jalousement entrenue, je me suis écroulée moi aussi. J’ai dimissionné, rompu avec lui, et suis tombée en désuétude, dans mon ermitage. Lui, il était le tout pour la candide femme que j’étais, jusqu’à ce que je me suis réveillée d’un rêve si idylique et chaste pour être éternel.

Mes mains en visière, cachant ma face, puis tout mon corps, m’enveloppant de mes bras… comme pour taire tout le vénin qui coulait dans mon âme ainsi que le poison que battait mon coeur.

J‘ai déjà vidé toutes les larmes de mon corps à pleurer mon sort, remplissant ainsi un océan imaginaire des ténèbres, où chaque larme se transforme en un revenant qui hante tous les instants et tous les lieux.

En face, gisait une pendule. Dedans se berçait un balancier. Les vibrations de celui-là, que je trouvais autrefois atroces et importuns, me sont, aujourd’hui, seuls et uniques acolytes, me portant compagnie avec leur doux et lénifiant ‘tic… tic’.

Cependant, il y a de ses instants où je les arrose puis trompe de vitupérations, chaque fois que je me rends compte que se sont ces ‘tic…tic’s qui me rapprochent de la mort.

Non! pas ce mot. J’en ai la hantise et le coeur qui palpite rien qu’à l’entendre… ce coeur d’ailleurs calciné après s’être percé des septs glaives de la douleur, et toupillé au beau milieu d’une tourmente. Une Idée qui aujourd’hui n’est que conceptuelle et imaginée, à travers le noir, mais qui plus tard, et dans très bientôt deviendra plus palpable…

Comme c’est curieux… Trivalement, chaque fois que je cueille un papier vierge et que j’ai pour but de le déflorer, la peur de la plume que je tins me paralyse les doigts, et une bribe de pitié m’adoucit le coeur, pour n’y réussir onques. Je m’étonne donc en m’appercevant que j’ai déjà crayonné des lignes. Ces lignes…. je ne les metterai pas dans une bouteille et je ne les jetterai pas non plus à la mer, mais je demanderai à quiconque qui les ait lues, qu’il pense aux tant de personnes comme moi, atteintes du Sida… rien qu’une pensée… et pourquoi pas un don…

Rappel: Pas de panique… Ce texte n’est pas une AUTObiographie.

P.S: Pour ceux qui ne le savent pas encore, j’ai posé ma candidature dans le MarocBlogAwards’09, catégorie ROOKIE. Merci pour tous ceux qui ont proposé mon blog… s’il y en a qui l’ont fait bien sûr :).

Publicités

Read Full Post »