Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Gustave Flaubert’

Rnnng…
On tintinnabulait à la porte. Comme l’interphone ne fonctionnait plus, je dus sortir pour voir qui c’était. J’ouvris la porte. Il n’y avait personne. Je tournais ma tête à gauche et à droite. Toujours personne. J’abandonnais promptement mes recherches et je voulus fermer la porte jusqu’à ce que je m’aperçoive de deux cartons titanesques et géants devant moi. A la hâte, j’essayais de les déballer, et c’est là que je découvris des centaines de romans et bouquins amoncelés en vrac, les uns sur les autres dans un pêle-mêle. Je compris vite que çà venait de notre voisine de droite, vu que ce n’était pas sa première initiative. C’était une femme aisée, d’une cinquantaine d’années mais toujours fraîche et gracieuse comme si elle en avait qu’une trentaine. Malheureusement je ne la connais que trop peu. Le nombre de fois où je lui avais parlé ne dépasse guère les cinq depuis que notre maison jouxte la sienne. ‘Coucou Salma’ me héla-t-elle de sa voix délicieuse et si sucrée, en sortant de son jardin. Ma théorie fut correcte. Çà provenait bien d’elle. Je partis la saluer. Et comme elle était amène et hilarante. Les mots m’étaient fuis lorsque je voulus la gratifier pour ce trésor de bouquins. J’essayais de combiner les mots appropriés et idoines mais vainement, la peur de ne la remercier décemment me collait les lèvres et me serrait la gorge. Je l’interrogeais sur la santé de ses deux fils que je n’ai toujours pas eu l’occasion de voir, sinon que dans la télé, pourtant ils habitent bien dans le toit à côté. On causa pour quelques minutes et je la quittai. Mon père vint  à mon secours et m’aida à faire rentrer ces cartons si pesants. Une fois entrés, je les examinais. C’était effectivement un TRÉSOR. Il y avait à peu près trois cent livres, bouquins et encyclopédies de tous genres et en toutes les langues. J’entrepris bientôt dans le rangement de ceux-ci dans la bibliothèque du Bureau, tout en mettant de côté les bouquins qui me semblaient intéressants. Je trouvai un Flaubert: ‘MADAME BOVARY‘. Je connaissais le livre depuis le CE2 pour avoir lu un passage dans notre manuel (Le Nouveau), que j’ai beaucoup apprécié à l’époque. Je fis une autre rencontre avec Madame Bovary en 5ème avec un tout autre passage, que j’ai davantage adoré. Je me souviens bien que notre prof nous avait fortement recommandé de le lire. Je le trouvais par hasard chez ma grand-mère et j’entamais sa lecture. Malheureusement je n’éprouvais aucune jouissance en le bouquinant, de plus, son volume était plus grand que ma tête elle même, âgée à l’époque de douze ans. Je l’abandonnais bientôt. Mais ce fit si différent qu’on je le lis hier soir. La description si fine et si délicate de Gustave Flaubert me permet de bien visualiser les personnages et les décors. Les faits sont rapportés de telle sorte qu’on se laisse imaginé dans une salle de cinéma devant les scènes du roman. Une histoire inspirée par un fait divers, Flaubert consacra 5 ans en sa rédaction pour être poursuivis après sa parition, sous inculpation d’outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs.

A lire absolument !

Je vous propose d’écouter Unfaithful, comme l’a été Madame Bovary, de la sublime Rihanna.

Publicités

Read Full Post »